5 trucs à savoir sur le béton

Bougeoirs chandelles photophore beton ciment - et voila atelier

Vous avez envie de créer des objets en béton, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

Pour bien commencer l’année je vous partage les 5 trucs et astuces de base que j’ai appris en fabriquant des objets en béton.

(Pour ceux qui veulent les acheter directement sans passer par la case fabrication, c’est par ici !)

1- Protégez-vous, le béton ça tache

Alors on va sur internet, on regarde des tuto sur de jolis blogs, et on voit plein de jolies photos de bougeoirs ou autres objets en béton, c’est tout propre, tout nickel, ça donne trop envie.

Eh ben non, couler du béton c’est pas du tout comme ça.

D’abord, quand on ouvre le sac de béton, ça part en fumée de partout. C’est parce que le liant du béton — l’élément qui va lier ensemble les agrégats du béton (en général du sable ou des petits graviers) — le ciment, est une poudre extrêmement fine et très volatile, et que manipuler du béton disperse la poussière plein la pièce. Pour limiter ça, je vous conseille d’ouvrir le sac avec précaution,  de prélever la quantité de béton dont vous avez besoin avec un récipient en faisant des gestes lents, et de la déposer dans votre bac de mélange aussi doucement. Si vous devez vider le sac directement dans un grand bac, pareil, allez-y lentement pour éviter une trop grande dispersion. Bien sûr, comme pour tout bricolage qui implique de la poussière, mettez un masque à poussière et des lunettes de protection. Idéalement, installez vous dans un endroit bien aéré ou à l’extérieur (un jour sans vent, pour éviter les dépôts de poussières et débris dans le mélange).

Ensuite, quand on mélange le béton (ça s’appelle gâcher du béton) dans un bac et qu’on le coule dans un moule, ça projette des boulettes de béton mou un peu partout, c’est pas très propre non plus. Ca ressemble plutôt à ça :

Trucs et astuces objets en béton - etvoilaatelier

Et encore, je ne vous ai pas montré la plus moche.

Donc, protégez bien votre plan de travail, mettez des bâches ou mieux des feuilles de papier épais que vous pourrez jeter une fois que le béton aura séché. Protegez-vous avec des gants en plastique épais (le ciment est corrosif), un tablier ou des vêtements qui ne craignent rien.

2- Pas trop d’eau, mais pas trop peu non plus

Une étape super importante (elles le sont toutes, remarquez) c’est le mélange avec l’eau. Le ciment aggloméré à l’eau forme une pâte qui va durcir en séchant, assurant la solidité et la résistance du béton. Le problème, c’est le dosage.

Trop d’eau, et votre mélange restera friable après le séchage, donc pas assez solide. Les arrêtes et les bords s’effritent quand on les touche, on peut casser un bloc même assez lourd à la main, c’est désespérant.

Pas assez d’eau, et le mélange ne peut pas non plus être suffisamment solide parce qu’on ne pourra pas faire remonter les bulles (voir étape suivante). Il sera aussi plus difficile de le couler dans un moule de façon à ce qu’il remplisse bien tout l’espace, créant un bloc homogène.

Il s’agit donc de mettre juste ce qu’il faut d’eau pour que le mélange soit pâteux mais encore coulant, pour obtenir la solidité et la durabilité optimale un fois le béton sec.

Reportez-vous aux instructions sur le produit que vous utilisez : il existe de nombreux ciments différentes, et à chaque composition chimique du ciment correspond un dosage d’eau optimal. (Pour en savoir plus sur la chimie du ciment, voir l’indétrônable Wikipedia).

Une solution intéressante consiste à ajouter un composé de résines acryliques spécialement formulé pour renforcer la solidité et la résistance du béton. On réduit alors le volume d’eau utilisé, pour éviter le cas n°1.

Au fait, vous pouvez tout à fait mélanger votre béton à la main si vous ne gâchez qu’une petite quantité : rien de mieux pour déloger les grumeaux et petits agglomérats. N’oubliez pas dans ce cas de porter des gants, le ciment est corrosif, et le sable est rugueux et peut abimer la peau assez vite.

3- Vibrez !

Quand on mélange le béton avec l’eau, il faut s’assurer qu’il ne reste AUCUN grumeau, même petit. C’est là que mélanger à la main peut se révéler intéressant pour de petites quantités. Sinon, vous avez l’option du bras mélangeur qui se fixe au bout de la perceuse, ou mélanger avec un bâton ou la truelle. Armez-vous de courage, le béton est très lourd à manipuler ! On n’oublie pas de mélanger dans les coins et le fond, il ne doit en rester AUCUN.

Quand votre mélange est impeccable, qu’il ne reste plus du tout de poudre dans le seau, il s’agit de faire remonter à la surface les bulles d’air prisonnières de la matière : elles risquent de fragiliser votre objet une fois sec.

Pour ce faire, il faut tapoter le moule une fois le béton coulé, à petits coups, tout autour de et sous la forme. Attention à ne pas taper trop fort, vous risquez de faire remonter trop d’eau et de déstructurer la matière. Trop peu et les bulles restent prises dans le béton. Une solution intéressante peut être de faire vibrer une ponceuse électrique ou une scie électrique (sans sa lame !) contre les parois du moule. N’oubliez pas de taper la base du moule contre la table pour faire remonter les bulles à la surface. Il restera toujours des petites bulles  dans le béton, sauf si vous utilisez un appareil industriel pour faire vibrer le béton.

4- Séchage humide

Le béton a besoin de sécher dans un environnement humide : si vous laissez sécher un objet en béton au soleil ou au chaud sans le couvrir, la surface séchera plus vite que l’intérieur, ce qui va créer des tensions dans la structure qui risque de craquer.

Pour éviter ça, on couvre son objet avec un sac plastique ou une bâche, pour garder l’humidité et la chaleur à l’intérieur du moule. Cela peut sembler paradoxal, mais ça marche 🙂

L’eau du mélange peut parfois remonter à la surface, ce qui est bon signe : n’hésitez pas à la vider du moule de temps à autre (attention à ne pas faire bouger le béton quand il est en train de prendre, ce serait fragiliser la structure), pour accélérer le processus.

5- Patience, on ne démoule pas trop vite

Un gros projet en béton, avec de grandes surfaces, demande une durée de séchage d’environ 5 jours. Pour de plus petits projets comme des bougeoirs ou des vases, on compte entre 2 et 3 jours avant démoulage. Si vous démoulez trop tôt (je parle d’expérience), l’objet ne sera pas assez solidifié et risque de se casser, des morceaux risquent de se détacher, ou de rester dans le moule. Donc patience, il vaut mieux attendre un jour de plus que de risquer de perdre un batch …

Trucs et astuces objets en béton 3- etvoilaatelier

Une fois que j’ai démoulé, en général je laisse sécher mes objets plusieurs jours avant de les peindre ou de les vernir, pour que les réactions chimiques soient complètement terminées. Si on traite le béton trop tôt, avant que l’eau ait totalement eu le temps de s’évaporer, alors la peinture ou le vernis risquent de cloquer. Patience, et retournez-les de temps en temps pour que le fond sèche aussi bien que le dessus.

Bientôt un tutoriel pour créer des bougeoirs en béton pas à pas ! Restez à l’écoute 🙂

Montage photos marché des possibles

Advertisements

94 réflexions sur “5 trucs à savoir sur le béton

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s